Sidekicks

Si Atlanta a actuellement la cote, une autre ville brille par ses nouveaux talents : de la drill la plus sombre en passant par l’emo-rap de Juice WRLD jusqu’aux nombreux artistes faisant des beaux pas de côté (on pense notamment à la brillante NoName) Chicago vit actuellement un véritable renouveau dans son vivier de jeunes talents. Parmi eux, Mick Jenkins fait définitivement figure de cas à part : déjà actif depuis plusieurs années, le jeune rappeur de 27 ans a finalement pris son envol l’an dernier avec son second album Pieces Of A Man, vraie oeuvre d’introspection entre rap, influences jazz, et sensibilité plus électronique. Un disque à part dans le rap américain que les amateurs pourront découvrir lors d’un concert organisé par Free Your Funk au Trabendo à Paris le 14 mars 2019. Et si vous ne l’avez pas déjà vu, on vous invite à découvrir la session Colors du jeune homme sur une production de Kaytranada aussi simple que fantastique.

Depuis 2015, Brav a entamé l’une des mues les plus singulières du rap français. L’ancien membre de Bouchées Doubles, le duo qu’il formait avec Tiers Monde, a transformé en deux albums et un EP son rap gris et amer en une musique hybride, cherchant des influences vers le rock et la chanson – bien avant que cela devienne la mode dans certains cercles médiatiques l’an dernier. Une évolution accompagnée par une démarche collective, entre concerts en appartements et le projet collaboratif et participatif Nous sommes, sorti fin février 2018. Pour fêter la première bougie de cet EP, Brav sera en concert à La Bellevilloise le 25 février prochain, et on est partenaires de l’événement pour l’occasion. De mémoire, la dernière fois que Brav s’est produit (brillamment) dans la salle de Belleville en 2016, il y a eu quelques invités notables. On mise donc sans trop se tromper sur une nouvelle belle soirée.

Dans le bilan que l’Abcdr dressait du rap en 2018, un paragraphe racontait les balbutiements de l’aventure 387 Digi : un collectif parrainé par Gizo Evoracci rassemblant de jeunes artistes, rappeurs, beatmakers, réalisateurs ou photographes. Parmi tous les résidents de La Maison Blanch, le lieu qui les réunit physiquement, il y a le brillant Retro X que Gizo compte épauler au maximum. Ensemble, ils viennent de mettre en images leur morceau « AF1 », issu du EP Drug Designer et produit par The Hash Clique. La vidéo est réalisée par Mouky et Cyka Vizion et c’est à l’Abcdr du Son que revient l’honneur de la diffuser en exclusivité.

Mais ce n’est pas tout, Gizo profite aussi de l’occasion pour dévoiler un petit documentaire, réalisé par les mêmes jeunes talents. Il retrace brièvement l’année écoulée depuis la rencontre entre Retro et Gizo, entre créations, concerts, et échanges en tous genres. Le rappeur grignois assure la voix off de cette vidéo, de sorte à expliciter ce qu’est le leitmotiv du 387 Digi et ce que sont les ambitieux de La Maison Blanch. L’aventure promet d’être belle, et l’Abcdr promet d’en écrire un épisode.

Avant, L’Abcdr proposait les mixes Underground Upload, plongées annuelles dans les tréfonds du rap anglophone. Faute de temps pour suivre des scènes de plus en plus prolifiques et éclatées, la série s’est arrêtée après le millésime 2016. L’admiration n’en est que plus grande quand nous prenons connaissance d’exercices de défrichage de pans obscurs de notre musique, qu’ils se fassent par le biais de sites (on pense à Swampdiggers), d’émissions de radio (comme Ghetto Blaster) ou de mixes. Et dans cette dernière catégorie, on a particulièrement apprécié le sobrement nommé 2018 Selected Underground Hip-Hop du DJ toulousain K-Tana : plus de deux heures de bon rap, une centaine de morceaux, un vrai taf de deejaying. Et bien sûr des blazes toujours bienvenus sur les tracklists : Conway, Westside Gunn, Big Twins ou encore Joell Ortiz. L’occasion idéale de se tourner une dernière fois vers 2018, de se rendre compte qu’on a raté plein de projets plutôt cool et de se dire qu’on fera mieux en 2019.

Dans la galaxie Bon Gamin, il est indéniablement le moins productif. À chacune de ses sorties, Loveni confirme pourtant une chose : pas besoin de s’agiter dans tous les sens quand on peut balancer ici et là quelques morceaux au dessus du lot. Le compagnon de Myth Syzer et Ichon aura en effet distillé quelques belles perles ces derniers mois, de la trap menaçante du « Piège » en compagnie d’Ikaz Boi, aux mélodies Pharrelliennes du solaire « Relance », jusqu’à la langueur romantique de ce nouveau titre « Stop, Encore » en compagnie de Feujai. Porté par les longues nappes synthétiques du producteur Brody, Loveni tape une nouvelle fois dans le mille en faisant simple et efficace puisque l’ambiance et l’attitude priment parfaitement sur la technique tout en transportant l’auditeur dans un mood nocturne et romantique que l’on aime ressentir les soirs d’hiver. Une belle leçon de style qui devrait avoir une suite : « Une nuit avec un Bon Gamin », nouveau projet de Loveni, est attendu pour le 8 février.

Depuis quelques temps déjà, il est la nouvelle lubie du rap américain et de la pop en général. Kendrick Lamar, Travis Scott, Frank Ocean ou Beyoncé… tous ont fait appel ces dernières années à l’anglais James Blake et à sa voix sur le fil. Avec ses productions aériennes et sa sensibilité électronique, le Britannique semble même être sur le point d’éclater aux yeux du grand public, tout en affirmant une énième fois son statut de référence sur la scène alternative. C’est en tout cas ce que laisse entendre « Mile High », titre doux comme du coton co-produit avec Metro Boomin et interprété en compagnie d’un Travis Scott au ton de voix bien plus fragile que d’habitude. Un mélange des univers réussi qui laisse de belles attentes pour le prochain album de Blake prévu ce vendredi. Surtout lorsque l’on sait qu’un certain André 3000 est au casting.

Définir l’alchimie entre le rap technique de Pumpkin et les productions lumineuses de Vin’s da Cuero ne peut pas se résumer à un slogan dont le groupe use pourtant sans retenue : Make boom bap great again. Derrière une réalisation impeccable, aussi bien dans les placements que dans le mixage de boucles soyeuses, le duo de Mentalow Records parle d’abord du monde qui l’entoure. Et il le fait bien. Les thèmes sont fédérateurs, parfois même un peu convenus sur le papier. Mais ils sont traités avec brio pour une simple et bonne raison : ils évoquent les fragilités du monde avec une force rare. C’est en tous cas ce que transmet Astronaute, dernier album en date de Pumpkin et Vin’s da Cuero. Que ce soit la question du genre, celle de l’éducation, la place du rap, les villes qui avalent tout jusqu’aux espoirs les plus modestes, il y a une puissance à découvrir dans ce disque sorti l’automne dernier. Laquelle ? Celle de l’art de déconstruire les mythes en suivant du doigt les fissures d’un monde fébrile et parfois autant à bout de souffle que les gens qu’il épuise. Ne vous méprenez pas pour autant : ce n’est pas du rap triste ni bien élevé, c’est du rap lucide qui a été poli sur des instrumentaux de haute-facture et un niveau redoutable de emceeing. Cc’est l’envie d’un monde meilleur que cache la baseline Make boom bap great again. Et ça c’est bien plus qu’un slogan, c’est une belle ambition qui commence par le partage sur scène, là où la musique de Pumpkin & Vin’s da Cuero prend d’ailleurs toute sa dimension. Pour vous le prouver, L’Abcdr vous invite à le découvrir ce 24 janvier à Paris. Ce sera le lancement de la tournée Astronaute et des places sont à gagner sur nos réseaux sociaux.

Certains lecteurs n’ont pas manqué, sûrement à juste titre, de nous le signaler : Surnaturel de Rohff n’était pas dans notre liste pourtant étendue des albums de l’année 2018. On pourra prétexter qu’un double album sorti en décembre demande un peu de digestion au moment des bouclages de bilans. Il faut se rendre néanmoins à une évidence : malgré l’inégalité des trente titres, certains moments de l’album montrent un Rohff toujours aussi incisif, bien plus que sur ses deux précédents albums. Parmi ces morceaux de bravoure : « J’ai passé l’âge » et son instru ratchet, rappelant que le rap californien reste un des meilleurs terrains de jeu pour son flow, et cette interprétation intense. Ici, Housni prend de la hauteur sur les comportements insensés de ses contemporains pseudo-colombiens et flambeurs, sans jouer le moralisateur, conscient de ses propres travers. Il y a six ans, Rohff se proclamait « padre du rap game », trahissant le besoin d’affirmer une autorité contestée. A l’image de « J’ai passé l’âge », il montre sur Surnaturel qu’il peut aujourd’hui porter le costume de daron, ni vieux con, ni has been, « égal à lui-même ».

En 2017, l’Abcdr partait à la rencontre de Frencizzle, qui parmi d’autres choses exposait avec une simplicité à toute épreuve ses faits d’armes outre-Atlantique. Forcément, les noms de Chief Keef et de Gucci Mane ressortent particulièrement lorsqu’il s’agit d’évoquer les connexions du Français aux US. Mais loin de se reposer sur ses petits lauriers, Cizzle ne conçoit pas la musique sans challenge et sans surprise. Constamment à la recherche de talents, que ce soit ici en France ou de l’autre côté de l’océan, le beatmaker n’est pas regardant sur la notoriété de ses collaborateurs. Sa dernière trouvaille vient de Nashville, Tennessee et arbore comme lui une jolie moustache. Le rappeur en question s’appelle Strypes, et ensemble ils viennent de sortir les trois titres qui composent leur EP Gonzo. Une plongée sans tuba dans une rivière sale où nagent toutes sortes de monstruosités pleines d’écailles. De la trap music d’exigence mongole.

Certes, dans le rap, le temps passe vite. Mais l’album qu’a sorti Iraka en septembre dernier n’est pas de ceux qui finissent leur voyage en quelques semaines ou au bout de quelques écoutes. Si son verbe a décidé de s’incarner à travers l’envol de Jonathan Livingston le goéland, il n’a rien de vaporeux ou d’impalpable. Au contraire, les mots sont directs, incarnés, tantôt slamés, tantôt rappés sur une galerie de beats qui traverse les territoires. Cette diction, parfois incantatoire, parfois intimiste, est à découvrir sur scène. C’est là où la voix grave et les mots ciselés d’Iraka prennent le mieux leur ampleur. Pourquoi ? Car ils sont des bouts de vie, articulés comme des battements d’ailes, qu’Iraka déploie depuis son magnifique titre « Une Vie », produit à l’époque où il exerçait à Bordeaux et au sein d’Olympe Mountain. C’est à entendre ce mercredi, avec le beatmaker Rrobin et son album Déluge (auquel participe Iraka, mais aussi C.Sen ou Grems parmi d’autres) à Paris. Toutes les informations sont sur l’événement Facebook de cette date. Une traversée du ciel sonore où la vie terrestre se regarde avec les fragments du cœur, jamais derrière le confort d’un hublot.