lalcko-fuck-losing-weight
Mixtape

Lalcko – Fuck Losing Weight

Making-of

C’était en 2004, Monaco marchait sur l’Europe et moi dans les ruelles de Rennes, comme chaque mercredi après-midi à la recherche de disques et de découvertes. Il était là, dans les bacs, ce maxi noir. Un logo 45 Scientific l’arborait, comme un « vu à la télé » pour ceux qui ne passent pas à la radio. Je ne sais plus trop bien si je l’ai acheté les yeux fermés, ou si j’ai osé l’écouter avant. Tout ce dont je suis sûr, c’est que je suis reparti avec, comme on repart avec le ballon après un hat-trick. « Entreprise, Entreprise »… Je ne connaissais pas encore Lalcko, depuis il m’accompagne comme d’autres, mais pas tant finalement. Je l’ai écouté comme un secret qu’on ne partage pas. Ce n’était pas Temps Mort, que l’on brandissait fièrement dans la cour du collège, c’était autre chose. D’ailleurs, il n’y avait rien à brandir. Lalcko n’avait pas sorti de CD. J’ai bien essayé de faire vivre ma découverte à deux ou trois amis, sans y trouver un grand succès. Oui, c’était un secret qu’on ne partage pas, qui résonne dans votre esprit. Vous seul le connaissez, vous en êtes heureux et triste à la fois. « Les Voi(es)x Suprêmes » a été mon « Retour aux Pyramides », et je suis d’ailleurs aujourd’hui convaincu que c’est son enfant légitime.

Lalcko - « Les Voi(es)x Suprêmes »

Une vingtaine de saisons sont passées, il faisait froid comme un soir de février, il était en retard d’une heure ou deux comme un rappeur français. Minuit était presque arrivé quand je montais à l’arrière d’une voiture sombre qui se garait quelques rues plus loin. Lalcko était à bord. J’en ressortais une heure après, avec ma première interview et l’ivresse de ce que vous n’aviez jamais encore fait mais qui s’impose désormais à vous. J’étais encore un simple fan quand, un jour de grève, j’avais envoyé sans y croire ce message sur Myspace, bluffant déjà, comme un piètre journaliste, sur qui j’étais et ce que je faisais. Je ne réalisais pas d’improbable dossier sur le rap et j’étais encore moins en école de journalisme comme prétendu, mais sans doute l’avait-il déjà compris. Le téléphone avait sonné, une voix qu’on appelle force tranquille était au bout du fil : « Je ne donne plus d’interviews. Mais je vais faire une exception pour toi parce que j’ai vu que tu avais un avatar de l’album des X.Men et, moi, j’aime bien les X.Men… » Mon numéro de funambule en sabots avait marché. Et les X, qui eux aussi avaient le privilège de m’accompagner, me donnaient une énième raison de leur jurer fidélité.

Mon affection pour Lalcko n’est plus un secret pour grand-monde. C’est donc logiquement qu’un lecteur de l’Abcdr nommé DJ Uka m’a un jour contacté en vue de faire un mix spécial Lalcko. Je lui ai envoyé quelques chansons obscures que j’avais récupérées ici et là, sans y prêter grande importance. Rien n’a bougé pendant une bonne année et puis il m’a recontacté, visiblement décidé à mener à bien son projet. Par courtoisie et intérêt de simple auditeur, je lui ai communiqué le contact d’El Commandante et l’ai incité à quémander quelques inédits, me doutant que celui-ci en avait les tiroirs remplis. Lalcko a joué le jeu et a été généreux comme il sait l’être dans sa musique. Voilà comment est né Fuck Losing Weight, sorte de black album de L’eau lave mais l’argent rend propre saupoudré d’apparitions récentes. « J’ai partagé mon histoire pour qu’elle devienne la vôtre » me confiait Lalcko en 2010, pensant déjà alors à se mettre en retrait du rap. Il lui appartient désormais d’en écrire un nouveau chapitre.

Tracklisting

  1. « Intro »
  2. « La Pièce d’Or »
  3. « Cœur (Version Originale) »
  4. « Lord Have Mercy (A Dolla is a Dolla Version Originale) »
  5. « You Know »
  6. « L’Argent Rend Beau » (ft. Lino)
  7. « Prie Pour le Tueur » (ft. Ruf D)
  8. « Pharmacie de Rue »
  9. « Afrikangangstaz » (ft. Lord Ekomy Ndong, Al Peco & Youssoupha)
  10. « Cocain Rush »
  11. « Spécial » (Loulou Nicollin Edit)
  12. « Streets of Paris »
  13. « Powerful Remix (Version Originale) » (ft. Ol Kainry, Youssoupha & Atis)
Fermer les commentaires

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

* Champs obligatoire

*