Sept  - AmnésieSept Olympe moutain-1

Extrait de Amnésie

[Grems]

Je vais être franc, j'aime pas qu'on m'analyse du regard. Je mérite des teutars parce que je n'ai pas ton costard à deux barres ? Sale videur de base de quartier chic, tu me prends pour un dealer de shit tout ça parce que j'aime pas les flics, c'est pathétique. Ils disent qu'on a des pits, qu'on veut faire comme en Amérique, on m'a collé l'étiquette casquette baggy et russel athlétic, relou. Il suffit d'une rue sombre pour que mon ombre te fasse fuir. Vieille mémé, tu penses que je suis un dur à cuir, c'est guedin traduit dans ton langage. T'inquiètes, tu finiras pas sous des bandages à l'hosto, enfermée, mise en cage. Je m'engage à respecter les anciens, à trouver du taf dans la mise en page mais y a plus de six cent barges, et plus de mille-huit-cent caves qui entravent la loi. C'est à cause d'eux si les gens braves flippent de moi, ça s'aggrave. J'ai la rage grave, t'es naze c'est ça, évite moi. T'arrangeras rien, t'es immature, dans ta rue tu penses que j'en veux à ta parure de diamants, c'est pour ça que tu cours à ta voiture - navrant.

[Rodd]

Cela fait trop longtemps que tu ne supportes plus les endroits publics, tu n'es pas pudique mais condamné à vivre dans ce contexte lubrique et tu regardes mal les gens. Le meurtre est alléchant car tes sens font dire "qu'ils aillent tous se niquer" - si tu as à le faire tu n'y mettrais pas les gants. Tu passes peu de temps à forniquer car tu n'est pas élégant, ce qui peut expliquer que tu n'as pas tes chances avec les filles du lycée qui, au fond, elles, ne sont pas méchantes mais ton esprit étriqué car il les voit étripées, les laisse réticentes à ta rencontre. Il faut que tu te rendes compte que ta connaissance est pour le moins des plus inspirante, ton humeur chavirante. Le bien et le mal, mais dis-moi lequel des deux est le plus attirant. Pour rien tu t'emballes, ça en est chagrinant. Tu remballes tes parents, partisans de la paix, qui remballent leur clapet devant tes idées malfaisantes désaxées. Tu passes ton temps à exagérer, tes vieux en sont exaspérés, et pour sûr que tu te moques de ce que ton psy a bien pu te déblatérer. Si tu as bu devant la télé, à coup sûr les gamines n'ont qu'à bien se terrer, car une fois bien sevré je sais que tu auras du mal à ne pas te gêner.

[Dj Remo parle avec ses mains]

[Booba Boobsa]

Plein de timiniks, à ce jeu là à coup sûr tu me niques. J'emmène pas de silhouettes féminines en mini et puis nique, pas besoin de montrer que je suis pas efféminé. Marre aussi de parler de monnaie, je préfère chanter du Marley. C'est unique même si je suis cynique, au fond saine est notre zic en plus, frère, d'être notre enfant. Note y que sans faire les bouffons on en reste toxicos, pas besoin qu'elle parle de sexe pour que ça excite - plutôt éviter le non sens. Question : qui est-ce qui kiffe encore l'innocence ? Pour l'instant je vois beaucoup trop d'adolescents sans reconnaissance. Abolition de la conscience, une époque folle qui pue l'essence. Certain que c'est ça, l'excessivité et la connerie de l'homme font que c'est ça ; représente là toute ma hamsa. Mes rimes prêtes à clamser, tu vois ça chaque fois que je parle ainsi, ouais monsieur, tu le ressens mais zappe si c'est bizarre au cas où, mec. Je suis pas d'Ibiza, j'ai l'occasion de parler de ma merde et de la case où je démarre. Tête d'oiseau, je finis le couplet avec une rime à quatre sous, pour ceux qui me saoulent, chère, mets toi le doigt et zouk.

[Sept]

La tête pleine de merdes obsolètes, des gens s'énervent, finissent par saboter des morceaux de fêtes. Ils passent à coté des plans superbes que la vie réserve aux honnêtes, adeptes de la note jouée sans reverbe qui écorche vos crêtes. Pendant que des enfants jouent aux grands et se perdent, on sait vainement sur qui les corbeaux se jettent. Tant que les évènements les servent, y a peu de porcs corrects. Nos idéaux ne promettent que quand les forces se connectent, mais y a autant de coulées de gerbe sous vos fenêtres que de fausses collectes chez les Serbes. Lexus et grosses corvettes balancent des symphonies de Brahms jusqu'à des villas qui valent largement plus de mille diams. Pendant qu'à Léningrad y a des russes qui clamsent, ils suivent tranquillement la finale Séréna versus Vénus Williams. Trop de préjugés, trop d'a priori. Des juges maison montés sur pilotis donnent tort ou raison, mettent au pilori. La même graine engraisse le système carcéral d'imberbes, la même équation d'agression entraîne dans sa rotation et freine des vocations en herbe.