Interview Booba

05/11/2012 | Propos recueillis par Diamantaire

Suite de la page 2

R comme Radios

"C'est la base de tout. Comment le vrai rap s'est introduit en France ? Par les DJ et les radios. Dee Nasty, Cut Killer, Radio Nova, FPP... Quand j'étais petit, je regardais Rapline, j'achetais les cassettes de Cut Killer, j'écoutais Radio Nova, on enregistrait... C'est eux qui nous ont mis dans le truc. C'est l'éducation qu'on a eue. Public Enemy, KRS-One... C'est pour ça que quand tu vas poser ton cul sur le même siège que Kamini ou Fatal Bazooka, que tu te retrouves en face de Fred de Sky, alors que t'as grandi avec  Dee Nasty, Cut Killer ou même les NTM et Assassin de l'époque, t'es dégoûté... J'ai vécu plein de trucs. Je n'ai pas vingt ans. Même avant de vouloir rapper, j'ai toujours été plus ou moins dans le rap. J'étais là où ça se passe. Dans les bonnes soirées, partout où il y avait du son."

R comme Rohff

"C'est lui qui a un différend avec moi. Il n'a jamais été un souci pour moi. Ça fait dix ans qu'il fait des piques. Là, il a enfin fait son coming out, à Skyrock, devant Fred. Il a enfin prononcé mon nom. L'histoire du feat qu'il n'a pas pu mettre sur son album, c'est une excuse. Geraldo avait demandé à Hostile de récupérer les bandes du "Crime Paie" en échange de l'autorisation du morceau. C'était sa magouille, il voulait faire un coup. Ça n'a rien à voir avec moi. A l'époque, Rohff et moi, on se connaissait et il ne m'en a jamais parlé. Donc qu'il ne vienne pas la ramener maintenant...
Je vais faire quoi ? Un morceau où je vais l'insulter pour qu'il refasse un morceau où il va m'insulter et ainsi de suite ? Je ne le considère même pas à mon niveau. Il est loin de moi, lui. Il a beaucoup de choses à prouver pour que je me dise que j'ai besoin de faire un clash pour le terrasser. Mon rap le terrasse depuis le début. C'est une sous-merde, lui. "Wesh Morray" n'est même pas un son pour lui. J'ai entendu dire que j'insultais les mères... Moi, si je fais un clash perso, jamais je ne vais insulter les mères. Si j'insulte ta mère, c'est que je suis en face de toi et qu'on va se battre. Il a pris "Wesh Morray" pour lui et il s'est excité tout seul. Il a dit des trucs sales et il croit que je vais en rester à la musique ? Il dit à Fred de Sky qu'il se déplace pour voir les gens quand il a un problème, qu'il ne fait pas de morceaux. Et il fait un morceau sur moi !? Bah si c'est un bonhomme, qu'il se déplace et qu'il vienne me dire ce qu'il a dit dans ce morceau en face. Là, ça va au-delà de la musique."

"Rohff a beaucoup de choses à prouver pour que je me dise que j'ai besoin de faire un clash pour le terrasser. Mon rap le terrasse depuis le début."

"Moi, j'ai un album, des morceaux à faire. Contrairement à lui, je sors des trucs. Tu crois que j'ai le temps de faire un morceau sur Rohff !? Je n'ai rien à prouver. Je n'ai pas peur de lui, je n'ai peur de personne. "Je suis un mec de la rue blablabla", en attendant, il est en train d'insulter derrière un micro... Si c'est un bonhomme, qu'il vienne dire les choses en face, tout simplement. Moi, ce mec-là, je ne le calcule pas, il ne me dérange pas du tout. Et en plus, je n'ai même pas besoin de répondre  vu qu'il a pris le son "Wesh Morray" pour lui... Qu'il le prenne pour lui s'il veut et auquel cas j'ai gagné. Je préfère mon "Wesh Morray" à son "Wesh Zoulette" tout flingué... Manquerait plus que ça que je lui réponde... Tu crois que je vais contribuer à son buzz, que je vais faire sa promo en même temps que la mienne ? Il n'a jamais eu autant de buzz qu'en citant mon nom. Qu'il ne croit pas que c'est grâce à lui, c'est grâce à moi. Donc je ne vais pas faire de la surenchère pour lui permettre de répondre derrière et de surfer sur mon buzz. Jamais je ne lui répondrai. Ça fait dix ans qu'il fait des piques sur moi. Si j'avais voulu lui répondre, ça fait longtemps que je l'aurais fait. Je l'ai toujours laissé jouer dans sa mare. Il n'a jamais dit mon nom en dix ans. C'est quel genre de clasheur, ça ? Si t'as vraiment un problème, dis les choses clairement. Combien de fois il a fait des piques évidentes, on lui a posé la question et il a nié... Je ne respecte même pas un mec comme ça. Assume, porte tes couilles. Il lui a fallu dix ans pour oser sortir mon nom. Il est loin le mec... Avant de vouloir se comparer à moi, qu'il essaie de détrôner des Soprano, La Fouine et autres Youssoupha qui sont vingt mille fois plus actuels que lui à l'heure qu'il est..."

S comme Sénégal

"Revendiquer mes origines, c'est juste une façon de les assumer et d'en être fier. Alors qu'il y a des noirs qui se renient. Ils se défrisent, se blanchissent la peau, n'assument pas d'où ils viennent. Affirmer mes origines, c'est aussi une manière de contrer le racisme. C'est ma provocation. Ça fait deux, trois ans que je n'y suis pas allé mais j'y retourne bientôt. "Je le porte dans mon coeur, donc partout je suis dans mon bled". Bakel [ndlr : petite ville située le long du fleuve Sénégal, dans l'est du pays], c'est la source. C'est mon village. C'est de là-bas qu'est originaire mon grand-père."

T comme Tendance

"Outre-Atlantique, ils s'inspirent aussi de ce qui se fait outre-Atlantique. C'est marrant, on vient de m'envoyer un son où des Américains ont repris "Jour de Paye". Il y a même un Américain qui avait repris "Garcimore". Ça arrive souvent. C'est international. Il y a une tendance et après tout le monde - à partir de cette tendance - fait son truc à sa sauce. Nous, on est dans la tendance, mais on a notre sauce à nous. Therapy, quand il fait un son, c'est Therapy. Lex Luger, c'est Lex Luger. Sur l'album, j'ai une prod' d'un Américain. Le mec qui a produit "The Motto" de Drake, je crois. J'ai écouté beaucoup de prod' américaines, j'ai même été à Los Angeles écouter des sons. Mais je n'ai vraiment accroché que sur un son. J'écoute des sons de partout, d'Américains, de Canadiens, d'Allemands, de Belges... Il n'y a pas de barrières. On ne copie pas les Américains, on fait du rap."

1 | 2 | 3 |