Article

"Débarquez vous êtes filmés" Round 2

En début de semaine dernière, l’Abcdr a reçu un courrier qui faisait la promotion du deuxième volet des soirées « Débarquez vous êtes filmés » organisées par HipHop2society. Au programme, un set de Dj Lordcy, un confessionnal pour les rappers en herbe désireux de laisser une trace, un karaoké hip hop, la présence de Rudnes spécialisé dans la customisation de sneakers et des t-shirts Karl Kani (tiens donc) à gagner. Ah, il y avait aussi un autre truc de prévu : showcase de Dany Dan.

« On monte sur scène comme on baise, on crache et on se retire »

Dany Dan quoi. Je me souviendrai toujours de la première fois que j’ai entendu la mixtape « Spécial Dany Dan volume 2 ». A l’heure actuelle, ça doit toujours être l’un des trois disques de rap que j’ai le plus écouté. Entre ‘Case départ’ sur l’instru de ‘Clap back’, la découverte de ‘J’rappe pour rien’ ou le freestyle avec Disiz et Moda, il y avait de quoi en prendre plein la gueule. Et grâce à ce disque, les trajets Creil-Melun que je faisais toutes les semaines, en voiture ou en empruntant l’interminable RER D, me paraissaient surtout beaucoup moins longs. Forcément, il fallait être de cette soirée.

Si le Glazart ne sera jamais comble, il y a bien une petite centaine de personnes qui a fait le déplacement en ce vendredi 3 octobre. A l’entrée, on est tout de suite alpagué par le sosie de Rama Yade. En bien mieux. « Si tu remplis ce formulaire, tu pourras gagner une paire de chaussures customisée à la fin de la soirée lors du tirage au sort ». Oui oui oui, je vais remplir le formulaire. Je continue mon chemin et j’aperçois une silhouette avoisinant les 200 centimètres près de la scène. Tranquillement, Daniel Lakoué est en train de discuter avec un fan trentenaire qui arbore une moumoute à peine dissimulée. Enfin Dany écoute davantage qu’il ne parle, l’interlocuteur ayant vraisemblablement beaucoup de choses à dire et un faible pour la main du MC qu’il ne semble pas décidé à lâcher.
Un petit tout au bar et j’en profite pour aller aux toilettes. 30 secondes d’attente et Dany Dan en sort, se tenant face à moi.

Recontextualisation
‘Des voix dans ma tête’ est ma sonnerie de téléphone et fait également office de réveil. Oui, tous les jours c’est la voix de Dany Dan et son « Sages Po Sages Po » qui m’ouvre les yeux. Cette année, après ‘ABC’ de Pee ‘Daniel Lakoué’ doit être un des titres que j’ai le plus écouté. Malgré ses imperfections, je continue de voir en « Poétiquement correct » un très bon disque et j’ai des frissons quand Oxmo cite l’album réalisé avec Ol Kainry entre « Ready to die » et Billie Holiday dans le disparu www.lehiphop.com.

Quelques secondes histoire de réfléchir à la phrase la plus appropriée. Ce sera finalement « Si on m’avait dit que je croiserai Dany Dan dans les toilettes ». Pas top hein. Pas grave, Dany se fend d’une réponse de dandy « Oh ça arrive, ça arrive ». Jusqu’ici tout va bien.

Les choses sérieuses commencent donc avec le set de Dj Lordcy. Entre morceaux fraîchement sortis (‘Swagga like us’) et classiques inépuisables (‘Put it on’), le Dj local a le mérite de chauffer doucement les esprits. Et comme c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures, c’est le remix de ‘Ante up’ qui va convaincre les derniers sceptiques de se lever. Toutefois, l’hôte de la soirée, Typhoosss aura beau tout tenté pour que la foule se décide à danser, personne ne suivra le mouvement lancé par un smurfer isolé.

On passe ensuite à ce qui se veut le premier karaoké hip hop de Paris. Quelques volontaires qui connaîtront plus ou moins de réussite : si les deux premiers s’en sortent plutôt bien avec les couplets de Snoop sur ‘What’s my name’ et de Biggie sur ‘Juicy’, les suivants ont plus de mal à rester dans le rythme sur ‘Petit frère’ d’Iam. On finit avec une voix féminine, quand même, pour ‘American boy’.

Il se fait faim et tout le monde veut passer au plat principal. Pour chauffer tout ça, Typhoosss demande à tout le monde de reprendre en chœur le refrain de ‘Qu’est ce qui fait marcher les sages’. Tout le monde s’exécute et la voix de Dany, depuis les loges, commence à se faire entendre. « Ouais Ouais ». Le concert peut débuter.

« Capital D Capital A Capital N, je m’amène, ramène,le magistral, le poétiquement correct, les phases torrides… »
L’entrée du MC sur ces fameuses rimes issues du titre ‘Un homme et un microphone’ suffit à métamorphoser le public, jusqu’ici resté très calme. Et le décor est annoncé par le public : les deux premiers rangs semblent être des inconditionnels incollables sur n’importe quel couplet. Big Willy, chargé d’assurer les backs, aurait pu rester à la maison s’il l’avait voulu : des métaphores hallucinées tirées du premier album (« Je ne fais pas de clichés, je ne suis pas une pellicule ») au final explosif sur ‘Le pape de Boulogne’ (ah cette phase sur ta maman qui aurait dû t’avaler) en passant par l’époque Beat de Boul (‘Un dingue en moi’ joué pour le rappel), le public ne laissera jamais tomber le maître de cérémonie. Dany semble même gêné quand le premier rang lui demande certains titres : « ‘Malgré l’effort’, ‘Rebel' »… « Nan nan, les gars », l’air de dire que ça n’était pas prévu.
Ce qui est sûr en tout cas c’est que Dany Dan était heureux d’être là, heureux de faire face à des gens qui se sont bougés pour lui. « Apparemment ça connaît les couplets ce soir ». Pire encore.

Autre joli moment du showcase quand Dany Dan décide d’enchaîner une série de couplets dédiés au passé. Comme si lui aussi était empreint d’une certaine nostalgie. ’24 mesures de poésie’, ‘J’rappe pour rien’ et cette phrase, encore une fois reprise en cœur par le Glazart : « Quand y avait pas de poste, on me demandait de rapper ».

« J’suis un paradoxe, je sors d’une Testarossa et te taxe une clope »
C’est vraiment ça Dany Dan. Un type qui paraît super simple et en même temps vachement raffiné. Qui dit « Néanmoins » juste avant « A la régulière ». Qui dédicace, au détour d’un refrain, la jolie brune avec qui il discutait avant de monter sur scène et qui dit ensuite qu’avec les filles il a l’impression d’être « né salaud ». Qui dit « les nègres attendent mon skeud comme certains le prophète » mais qui sourit comme un gamin un matin de Noël quand le public crie « oui » lorsqu’il demande si quelqu’un connaît ‘Un dingue en moi’.

Finalement, on ne peut que regretter que la prestation de Dany Dan n’ait pas été plus longue (pourquoi un showcase et pas carrément un concert?). Non pas que le reste de la soirée ait été dénué d’intérêt mais il était clair que la majorité du public était présente pour le rappeur. C’est peut-être à regretter d’ailleurs car quelques personnes-de sexe féminin-en plus auraient sûrement motivé davantage de personnes à occuper la piste durant les deux premières heures et rendu le set de Dj Lordcy moins long.

Quoi qu’il en soit, les intéressés ont rendez-vous sur le site de hiphop2society dans les jours prochains pour revoir l’intégralité de la soirée. Et guetter éventuellement le troisième volume de ce qui s’apparente à une jolie initiative.

Fermer les commentaires

14 commentaires

Laisser un commentaire

* Champs obligatoire

*

  • […] D comme…Dany Dan : J’avoue, j’aime bien ce rappeur. […]

  • ivan,

    « ‘Des voix dans ma tête’ est ma sonnerie de téléphone et fait également office de réveil. » salut très bon article j’étais là ce soir là et mec sache juste que c’est aussi ma sonnerie de portable t’es bon! ahaha SAGES PO SAGES PO SAGES PO!!! ivan aka jazzy bazz de la cool connexion PAIX!

  • Tom Tom Oh !,

    Ca fait plaiz de voir que ya des gas Connaisseurs toujours la pour supporter Jor-Dan sa Majesté le Number 23 de Boubou le Clutch Player ! 
    On allait plus trainer parmis les autres ECOUTE
    Musicalement on était différents des autres ECOUTE
    Premier Album yavait la queue devant les bornes d’ECOUTE

  • Eddy J,

    Merci Mehdi. Ça se sentait de toute façon depuis À ton enterrement en 2001. Ces deux là ont un style qui se complete, jles verrai bien sur un album duo; Le flow rapide et un peu enervé de Dany + le phrasé posé de ox’= des morceaux magiques, des thèmes balèzes. Avouez que j’ai raison 😀

  • Teobaldo,

    C’est super cool ces petits paragraphes pour Dany.

    J’ai presque eu l’impression d’y être (j’aurais préféré y être pour de vrai).

    Il faut absolument que Dan ressorte un album, amsi un plus condensé (pas plus de 60 minutes) et vraiment bien produit et bien foutu.

    Ca suffit pas d’avoir les meilleurs flows et les meilleurs lignes, faut savoir faire des albums qui se tiennent.

  • Dashi one,

    Merci pour les dédicaces!

    « Les deux premiers rangs semblent être des inconditionnels incollables sur n’importe quel couplet. »

    « Dany semble même gêné quand le premier rang lui demande certains titres : “‘Malgré l’effort’, ‘Rebel’”… “Nan nan, les gars”, l’air de dire que ça n’était pas prévu »

    haha!
    Vivement un vrai concert de Dan…

  • Mehdi,

    Normal Eddy, je crois que ça avait été publié dans la partie « Articles » qui est inactive aujourd’hui. En gros, on demandait à Oxmo de faire une playlist. Dedans, il avait aussi bien mis du Billie Holiday, « Ready to die », « Illmatic » que l’album Ol Kainry/Dany Dan (ce qui pouvait surprendre). Si mes souvenirs sont bons, il disait quelque chose qui ressemble à ça « J’ai tourné pendant 6 mois non stop avec ce disque. C’est à ça que doit ressembler le rap français. Dan est un escrimeur ». Il avait aussi une phrase sympa pour Ol’Kainry mais je ne m’en souviens plus.
    D’ailleurs, Dan figurait dans le top 4 qu’Oxmo avait donné à 5styles (avec Kery James, Booba et AKH).
    Voilà, vous savez tout 🙂

  • Eddy J,

    J’ai cherché partout dans le site, j’ai rien trouvé 🙁 sinon Pop dany tue.

  • HELLRUGGA,

    merde ! 
    si tu peu mettre : ce que disait oxmo ! sisi merci

    allez rappel toi stp !!!

    ben en gros. car si sa ta marqué tu dois bien ten rappelé putain ! 
    (lol janticipe mes prochaines réponses, on c jamais)

  • Mehdi,

    Désolé pour le lien vers lehiphop.com mais je crois que c’était dans la partie « articles » qui est inactive depuis…

  • HELLRUGGA,

    c un des rares a avoir la touche cainry mais ds le bon sens du terme. a etre new yorker dans lesprit ! tu vois le genre
    avec zoxea a lépoque aussi
    c vraiment frappant, quand tu vois dany dan, tu vois des mecs comme jayz, big l ou meme nas a lepoque.
    c la meme vibe ! tu verrais dany dan a NYC que tu croirais quil rappe en anglais tellement ce quil représente est fort. dans ce foutu rap jeu

  • HELLRUGGA,

    dany dan c’est le emcee par excellence, le rappeur par
    nonchallence ! 
    le pote rêvé, l’artiste réél et la legende vivante ! 
    comme le disait jayz, if skillz sold truth be told i’d probably be lyricly daniel lakoué ! 
    dany c’est un mogul du rap francophone avec un salaire de vendeur de chichkebab ! 
    le poetiquement correct ! le métaphorique ministre ! le… et j’en passe

    le train de minuit !!! résume tout ce que represente dany (et les sages po)

    ps: si tu pouvais mettre le lien exact où oxmo parle de dany dan et olkainry lalbum! merci bcp

  • Mehdi,

    C’est bien que tu sois conscient de ta chance Somno. Parce que moi, j’ai beau être arrivé tard dans ce rap jeu, j’ai presque envie de m’acheter le fameux t-shirt « le rap (français) c’était mieux avant » 🙂

  • SOMNO,

    Quand je te lis, je peux pas éviter de me dire que je fais partie des veinards qui ont écouté ce mec (et d’autres cracks comme lui) en temps réel, dans son contexte. Avec le « Broken Language » de Trigga et Smooth en musique de fond. Un peu comme si tu vois grandir un Séquoïa. T’as beau le voir quand il a 100 piges, tu l’as quand même vu différemment si t’as assisté à sa croissance. Et c’est pas donné à tout le monde. Et j’me rends compte que « tout le monde » n’a pas eu cette chance.

    J’aurais aimé avoir assisté à cette croissance-là avec Coltrane, Davis… T’as beau être incollable sur eux, t’auras toujours un train de retard sur les gars qui ont « vu », « entendu » en temps réel, dans le contexte historico-musical de l’époque. C’est un capital que tu peux pas palper, d’aucune manière.

    Quelque part Mehdi, t’as quand même de la chance, parce que le bonhomme est toujours là pour pouvoir prendre le train en marche.